Site du Groupe Bélier. Mouvement pour la réunification du Jura (en suisse).
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 armée et sécurité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: armée et sécurité   Dim 28 Jan à 0:43



qqn arrive-t'il à me dire s'il s'agit d'un membre de l'armée ou des gardes frontières allemands?!? J'ai trouvée cette photo sur indymedia ch-all. (http://www.indymedia.ch/de/2007/01/46228.shtml) elle a été prise à Davos lors d'une manif anti-wef... le sous-titre de la photo (en allemand) parle d'"Armee"...

ça démontrerait, si c'est un soldat suisse, que l'engagement de l'armée ne se limite pas à un "appui logistique" lors des grandes manifestations, mais que celle-ci est directement engagée.... à quand le retour de la baïonette?

En tant que parlementaires jurassiens, certains politiques qui participent à ce forum (du Bélier, pas de davos...) seraient bien inspirés d'exiger des comptes au canton, qui lui même doit pouvoir intervenir au niveau suisse pour savoir ce que fait l'armée dans des tâches de sécurité civile!?!? Il n'a jamais été question d'un engagement pareil, mais tjs, officiellement, d'appuyer les forces de police...

Si on laisse faire ça, c'est la porte ouverte à la normalisation de la répression armée dans notre pays....
état de guerre...

on va où là? pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saluste



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Dim 28 Jan à 12:24

Un bus Polizei équippé de plaque militaire, tu vois toujours pas? Tu assebles les deux mots et tu obtiens: Police militaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUni

avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Dim 28 Jan à 12:43

Le bus c'est clair que c'est à l'armée suisse. Par contre, le type je ne sais pas trop...je ne reconnais pas son équipement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guzi-guz.blogspot.ch/
jura-libre



Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 21/08/2005

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Dim 28 Jan à 13:39

Saluste a écrit:
Un bus Polizei équippé de plaque militaire, tu vois toujours pas? Tu assebles les deux mots et tu obtiens: Police militaire...

c'est pas parce que t'es devant un bus de la police militaire que t'es un policier militaire... Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Dim 28 Jan à 14:08

taratata a écrit:

qqn arrive-t'il à me dire s'il s'agit d'un membre de l'armée ou des gardes frontières allemands?!? J'ai trouvée cette photo sur indymedia ch-all. (http://www.indymedia.ch/de/2007/01/46228.shtml) elle a été prise à Davos lors d'une manif anti-wef... le sous-titre de la photo (en allemand) parle d'"Armee"...

... la normalisation de la répression armée dans notre pays....
état de guerre...

on va où là? pale

D'après le texte de la page d'où vient la photo, ils parlent de l'étonnante diversité des uniformes présents à Davos. Si le gros de la troupe semble être les policiers... bernois, des militaires allemends et italiens s'y trouvaient aussi!

D'après ce que J'AI compris, mais il se peut que je me trompe!

scratch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saluste



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Dim 28 Jan à 14:46

Tu as fait l'armée indépendantiste?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Dim 28 Jan à 16:22

Saluste a écrit:
Tu as fait l'armée indépendantiste?
Très personnelle comme question.
scratch

J'ai fais 27 jours mais j'ai toujours refusé de tirer. Le jour où c'était soit je tirais, sois je faisait objecteur, j'ai choisi objecteur!
salut

5 mois de prison à Delémont qui m'ont beaucoup appris, et je sais aussi à quel point l'armée est une absurdité et une négation de toute l'éducation que mes parents m'ont donné. Obéit et tais-toi quelque que soit la connerie ou pire, le crime!
Exclamation

Je suis rentré dans le cadre de celui qui nous avait fait la présentation le premier jour qui affirmait qu'aucun pays n'avait pas d'armée. Je lui ai parlé du Costa Rica et il s'est énervé vite fait et m'a promis un exposé sur ce pays rénégat... J'attends toujours!
Evil or Very Mad

Ma haine pour l'armée et la violence organisée légalement est à la base de mon engagement en politique et ma première campagne politique fût celle de l'initiative "Pour une Suisse sans Armée".
flower

Je continue cette lutte en récoltant désromais des signatures pour l'initiative pour l'interdiction d'exporter des armes par la Suisse.
Smile

Tu vois je continue à défendre mes idéaux et je les assumes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 0:58

mmmhhh... ya des barons de l'info qu'arriverait à agrandir le logo qu'il a sur la veste? J'ai essyé mais ça reste trop trouble...

De toute façon, ça ressemble plus à un soldat qu'à un flic (sans en rester au simplissime "plaque militaire")... c'est assez significatif de la direction que prend le pays. Et ces braves viennent s'entraîner à la guérilla urbaine dans le Jura à Bure, excellent....

Ya qqch à faire au niveau parlementaire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 1:15

taratata a écrit:
Ya qqch à faire au niveau parlementaire?

Pas que je sache, une fois de plus, c'est au niveau fédéral que cela se passerait si déjà... Je me répète,c'est pas pour rien que chu indépendan....

Le seul espoir finalement réaliste, ça serait la pression populaire bien organisée par...le Bélier!!!!!

flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 2:26

T'aurais pas par hasard un camarade de parti au gouvernement qui pourrait faire remonter tout ça (ça s'adresse aux autres politiques du forum aussi...)? Question
Parce qu'en fait l'engagement militaire fait suite à des pressions populaires que l'on veut étouffer... doit-on encore créer une pression populaire pour que nos politiques se bougent? On va jamais en voir le bout... C'est à nos politiciens de veiller à ce que le droit suisse soit appliqué et respecté. C'est pour ça qu'on vous élit... et refaire une manif, pour refaire respecter mes droits, ça commence à aller.... Je sais pas, mais là, les jeunes qui sont au parlement JU , ya de quoi lancer qqch de bien représentatif de l'état d'esprit jurassien au niveau national. La ferme intention de faire respecter la démocratie (on se plaignait alors que Berne ne la respectait pas...) et une volonté de ne pas tomber dans un état de guerre lors d'une conférence organisée par des milieux privés.C'est pas révolutionnaire, c'est juste garantir l'intégrité de la population suisse et jurassienne.

Mmmmmmhhhh... à moins que nos dirigeants locaux ne voient rien de dérangeant à ce que l'armée ne tape, et plus si affinité, sur la tête de la population, dont des Juassiens, s'exprimant démocratiquement. En tant que canton suisse, le Jura n'a-t'il pas son mot à dire dans l'engagement des troupe? (on à quoi à dire dans la marche de ce beau pays finalement?)

Ce qui est bizarre, c'est que nos dirigeants politiques ne font strictement rien pour empêcher des réunions telles que le WEF, qui n'ont qu'un seul but, retirer tout pouvoir au peuple, et donc à ces mêmes représentants politiques. Le pouvoir économique à ses charmes que je ne comprendrai jamais...

Mais bon, pour en revenir à l'armée, ça reste un scandale de la voir effectuer des missions de sécurité civile. Je me demandais juste si nous pourrions être le canton, qui au moins, essaie de faire respecter la démocratie dans ce pays! Nos parlementaires fédéraux à Berne n'ont-ils pas le devoir de relayer les avis du canton?

Si la politique ne peut pas empêcher les fermetures d'usines et les pertes d'emplois, et garantir la sécurité et les droits du citoyen à l'égard de l'Etat lui même ou de toute autre structure, ça me rapporte quoi de croire en l'utilité d'un parlement régional, cantonal et fédéral ?
Si même le Jura ne se bouge pas pour dénoncer des dérives pareilles dans la répression, ça serait un déni supplémentaire de son passé.

désolé, y a rien de personnel, cher indépendantiste, mais je me demande jusqu'où ça ira tout ça... et ça a tendance à me foutre les chocottes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saluste



Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 06/01/2007

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 11:04

c'est un flic allemand, autant pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 22:50

taratata a écrit:
T'aurais pas par hasard un camarade de parti au gouvernement qui pourrait faire remonter tout ça (ça s'adresse aux autres politiques du forum aussi...)? ...

Si même le Jura ne se bouge pas pour dénoncer des dérives pareilles dans la répression, ça serait un déni supplémentaire de son passé.

désolé, y a rien de personnel, cher indépendantiste, mais je me demande jusqu'où ça ira tout ça... et ça a tendance à me foutre les chocottes...

Bon, je vais même réussir à être plus long dans mon développement que toi!
Twisted Evil

Tu demandes régulièrement de respecter la démocratie, malheureusement le Parlement avait démocratiquement refusé cette idée par 29 contre 22.

Je pense qu'on peut réessayer avec les nouveaux députés, mais je ne me fais guère d'illusion!

Comme le Journal des débats de l'époque (août 2004) est conséquent (2MB à télécharger) je me permets de vous introduire ici la partie qui nous concerne, en espérant que personne ne prenne ça pour de la pub et bon courage pour ceux qui se donneront la peine de lire....
drunken

Parlement a écrit:
15. Motion no 743
Davos: la démocratie d’abord!
Pascal Prince (PCSI)
C’est la troisième fois que des policiers jurassiens ont
participé au maintien de la sécurité du Forum économique
mondial de Davos. A chaque fois, l’évolution des moyens
policiers a augmenté, atteignant désormais l’irrationnel!
Cette année n’a pas échappé à la règle. La liberté d’expression
et la démocratie ont été victimes de la répression
policière! Ainsi, une manifestation a été autorisée à Coire et
s’est déroulée dans le calme. Mais le train affrété pour le
rapatriement a été, pour des raisons obscures, arrêté à Landquart.
Tous les voyageurs y ont été filtrés puis certains
amenés sur une place entourée de policiers en tenue de
grenadiers. Là, après une longue attente, la situation a dégénéré
(volontairement?) et des mesures de fichage systématique
des personnes présentes ont été effectuées. Une attitude
déplorable et grave pour la démocratie! Il semble que
les infrastructures installées à l’avance devaient être rentabilisées
et que la présence policière disproportionnée devait
trouver là une justification.
Le coût de la manifestation de Davos est désormais intolérable.
L’effectif de dix policiers envoyés là-bas est absurde
en regard des 1’700 policiers au total, sans parler des autres
moyens engagés par l’Etat fédéral.
Une absurdité qui se couple à une déception de voir des
fonctionnaires jurassiens participer activement à des activités
manifestement anti-démocratiques indignes d’un Etat de
droit.
Aussi, nous demandons par cette motion, puisque le
Gouvernement n’a pas tenu compte des interventions parlementaires
précédentes, que le Jura ne participe plus aux
activités policières ou de sécurité liées au Forum économique
mondial de Davos.

M. Pascal Prince (PCSI): Le ministre en charge de la
police a à plusieurs reprises défendu à cette tribune la participation
jurassienne à la démagogie sécuritaire liée au
Forum de Davos, principalement par la volonté de réciprocité.
Il n’y a pourtant pas de commune mesure avec les engagements
policiers exagérément élevés à Davos et ceux que
le Jura pourrait nécessiter. Refuser de participer à cette
démesure ne remet pas du tout en cause le soutien entre les
polices pour des autres besoins exceptionnels tels que
prévus par le concordat des polices cantonales.
Les besoins d’entraide de la police jurassienne concernent
principalement des renforts pour des rencontres sportives
devenues de temps en temps des prétextes exutoires pour
une violence dite «gratuite» (dans le sens où il n’y pas de
raisons rationnelles à une débauche malheureusement
devenue banale). De tels renforts sont aisément «compensables
et réciproques». Notre motion ne demande donc pas
de remettre en cause le reste des collaborations intercantonales
et ne se préoccupe que du cas du Forum de Davos.
Les critiques concernant la justification politique d’un
soutien policier si massif à une rencontre finalement strictement
privée sont nombreuses. Bien que nous ne niions pas
une participation élevée de la part des milieux politiques, la
surenchère sécuritaire effraie. Ce Forum a malheureusement,
peut-être malgré lui, provoqué une crispation hors
norme, notamment à cause de cet excès policier. Les sureffectifs
exigés à Davos sont dictés par une volonté politique
quasi paranoïaque et qui va jusqu’à considérer les manifestations
populaires comme anti-démocratiques.
D’ailleurs, les plaintes déposées par des manifestants lors
de la dernière édition du Forum, notamment quatorze Jurassiens,
attestent des dérapages inadmissibles de la part des
policiers en présence. Que des Jurassiens aient participé de
manière directe ou indirecte à de telles pratiques liberticides
sont insupportables. L’arrêt du train des manifestants à
Landquart, après une manifestation qui s’est parfaitement
bien déroulée dans une autre localité, n’était pas justifié. Les
policiers jurassiens ont aussi été engagés à Landquart. Plus
de 1’000 personnes ont été abusivement gazées, fichées et
certaines même blessés. Si quelques déprédations ont été
constatées au train, cela ne justifiait en rien l’attente de sept
heures, au froid et sans explications, de tous les manifestants.
Ce 24 janvier 2004, c’est bien un droit démocratique
qui a été violé, ici en Suisse et par la police!
Nous avons la chance de pouvoir fêter cette année la
commémoration de notre indépendance cantonale mais,
malheureusement, il semble que certains ont la mémoire
courte ou qu’ils n’ont pas vécu les excès policiers d’alors
pour empêcher l’usage démocratique de l’expression de la
volonté des Jurassiens de vivre libres. Les témoignages sont
nombreux et concordants: le Peuple jurassien a grandement
souffert de l’excès policier et il n’est pas acceptable aujourd’-
hui que la police jurassienne ressemble à ce point aux adversaires
d’alors!
Les forces de sécurité déployées à Davos n’ont absolument
pas besoin des quelques Jurassiens perdus dans la
masse. La mémoire et la fierté des Jurassiens leur imposent
la retenue. Les débordements zélés des policiers en action
qui ont eu lieu confirment les déviances et nous démontrent
clairement les abus en présence.
Le Gouvernement jurassien ne veut pas prendre ses
responsabilités envers la démocratie et refuse cette motion.
Je demande donc au Parlement de démontrer que la démocratie
reste la priorité suprême dans la conduite de l’Etat et,
ce, en acceptant cette motion afin de ne plus voir des policiers
jurassiens participer à la parade sécuritaire des
prochains Forums de Davos.

M. Jean-François Roth, président du Gouvernement:
Je vous donne la position du Gouvernement. Contrairement au
très mauvais exemple que nous donnent ces temps certains
conseillers fédéraux, je ne fais pas que de lire la réponse du
Gouvernement; c’est la position du Gouvernement!
La participation des policiers jurassiens au maintien de la
sécurité du Forum économique mondial de Davos s’inscrit
dans un cadre juridique parfaitement clair auquel le Parlement
jurassien a, de tous temps d’ailleurs, été associé.
(Jérôme Corbat heurte la tribune avec sa canne. Rires.) (une
voix dans la salle: s’il était arrivé avec une matraque!). Mais
c’est sûr! C’est une matraque pliable donc!
La loi sur la police cantonale confère au Gouvernement, au
Département dont dépend la police et aux autorités judiciaires
la compétence de requérir la police. En matière fédérale
ou intercantonale, il est apparu depuis de nombreuses
années qu’un corps de police cantonale ne pouvait plus, à lui
seul, disposer de moyens en personnes et en matériel qui lui
permettent de faire face à des situations d’envergure nationale,
voire internationale. L’idée formulée d’intégrer des
forces militaires dans le maintien de l’ordre a été très clairement
écartée et c’est dans ce contexte qu’une collaboration
accrue a été mise en oeuvre. Cette collaboration se fondait
sur l’ancien article 16 de la Constitution fédérale et la mise en
oeuvre de concordats régionaux. Sur le plan romand, un
concordat a été signé par tous les cantons romands et le
Parlement jurassien, par arrêté du 12 avril 2000, a donné son
adhésion à ce concordat qui règle la coopération en matière
de police en Suisse romande.
La participation des policiers jurassiens s’inscrit donc dans
ce contexte. Elle se fonde sur l’article 44 de la Constitution
fédérale. Elle répond aux exigences fixées par la loi fédérale
qui institue des mesures visant au maintien de la sécurité
intérieure ainsi qu’à ses dispositions d’exécution. L’assistance
policière est réglée de manière très stricte en ce sens
que c’est au canton dans le besoin qu’il appartient de demander,
par l’intermédiaire de la Confédération, l’assistance des
autres cantons.
Pour ce qui est du Forum économique de Davos, il est vrai
que, chaque année, le gouvernement jurassien est sollicité
par la Confédération et le gouvernement des Grisons. En
acceptant cette participation, le gouvernement jurassien a
toujours insisté pour que les droits fondamentaux soient
respectés. L’engagement des policiers jurassiens se fait
dans le cadre de l’intervention du Groupe de maintien de
l’ordre romand. Les policiers jurassiens participent d’une
organisation romande dont la doctrine d’engagement a été
également définie de manière tout à fait claire au niveau politique
romand. A ce titre, le Gouvernement se réjouit de constater
que le motionnaire admet que la manifestation de Coire,
endroit où étaient engagés les membres du maintien de l’ordre
romand et donc les policiers jurassiens, s’est déroulée
dans le calme; du moins, c’est ce qui était dit dans le développement
écrit de la motion. Ce constat est le signe que la
volonté marquée par les autorités politiques romandes de
s’assurer que l’engagement de policiers se fasse dans le
respect des droits fondamentaux porte manifestement ses
fruits.
Le nombre de policiers jurassiens envoyés à Davos est
modeste. Comme vous le savez, il est proportionnel à la taille
de notre Canton. Il est cependant nécessaire dans l’organisation
de la sécurité d’une telle manifestation.
Dans la mesure où cet engagement s’inscrit dans un
cadre légal très précis, qu’il participe des tâches de sécurité
intérieure incombant aux autorités concernées, le Gouvernement
jurassien n’entend pas se soustraire aux obligations qui
sont les siennes.
Les événements qui ont entouré le G8 à Genève ont
démontré combien une situation pouvait rapidement dégénérer.
Cette expérience a permis de tenir pour certain qu’audelà
de la volonté légitime de manifester de certains, d’autres
n’hésitent pas à prendre prétexte de ces situations pour
détruire et mettre en péril les droits élémentaires des
citoyens et leurs biens. C’est précisément pour éviter de tels
débordements qu’une présence policière est nécessaire, tout
comme elle doit garantir la libre expression de chacun.
Le Gouvernement est convaincu que la motion que vous
proposez va à fins totalement contraires des engagements
que nous avons pris dans la Confédération et au travers de
nos concordats. Le Gouvernement propose donc au Parlement
de la rejeter.

La suite au prochain poste, j'ai dépassé la limite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 22:51

Parlement d'août 2004, la suite 1

M. Rémy Meury (CS-POP), président de groupe:
Les interventions parlementaires condamnant la participation de
policiers jurassiens au maintien de l’ordre lors du Forum
économique à Davos ont été nombreuses et répétées depuis
quatre ans à cette tribune. Leur forme et leur fond ont évolué
proportionnellement à l’amplification de la répression policière
dans les Grisons. Après les réponses frileuses du
Gouvernement aux questions orales, écrites et aux interpellations
précédentes, il était normal, au regard aussi de l’escalade
des violences policières menées dans les Grisons,
qu’une motion demande l’arrêt d’envoi de policiers jurassiens
pour assurer la protection des participants au Forum économique
de Davos.
Il est bon de détailler un peu ce qui s’est passé le 24
janvier de cette année à Landquart. Je m’inspire pour cela du
témoignage de notre ancien collègue Jean-Pierre Kohler.
Celles et ceux qui l’ont côtoyé s’accorderont pour dire que la
violence et la provocation ne sont pas des traits de son
caractère, et de loin pas.
Le 24 janvier donc, plusieurs centaines de personnes
revenant de Coire – où ils avaient participé à une manifestation
autorisée contre le Forum économique, manifestation qui
s’était par ailleurs déroulée dans le calme – ont vu leur train
être bloqué à Landquart par la police. Celle-ci a exigé que
tous les passagers quittent le train, ce qui fut rapidement fait.
Les raisons évoquées sont des actes de vandalisme perpétrés
par quelques casseurs dans le premier wagon. Il y a, je
le concède, malheureusement toujours une minorité d’imbéciles
de ce genre dans tous les rassemblements de masse.
Mais cette réalité est devenue en l’occurrence un prétexte
pour réprimer l’ensemble des participants à la manifestation.
Au sortir du train, les manifestants sont étonnés par le
dispositif policier mis en place en gare de Landquart. La gare
et sa place sont fermées par des doubles barrières métalliques,
derrière lesquelles se trouvent des centaines de policiers.
Il n’est pas inintéressant d’indiquer, que juste derrière
ce barrage, quelques dizaines de militants d’extrême-droite
se déplacent totalement librement en agressant verbalement
les altermondialistes! Ceux-ci restent calmes et s’éparpillent
par petits groupes en différents endroits à l’intérieur de l’enclos
préparé à leur intention. Soudain, sans raison, la police
oblige tous les manifestants à retourner sur le quai où se
trouve leur train. Une fois rassemblés, la police leur envoie
une quantité impressionnante de gaz lacrymogène. Complètement
aveuglé, éprouvant des difficultés respiratoires, Jean-
Pierre Kohler s’effondre; des policiers le relèvent et le
repoussent; il ne voit toujours rien et ne sait pas où il est.
Heureusement pour lui, sa fille, qui participait également à la
manifestation, l’aperçoit et lui vient en aide pour échapper à
ces brutes.
L’assaut terminé, les manifestants tentent de se soigner
avec les moyens du bord. C’est alors que commence une
longue attente d’environ sept heures sur un quai enneigé et
au froid. Un 24 janvier, en soirée, dans les Grisons, on sort
rarement en bras de chemise! Pendant ces sept heures,
plusieurs manifestants sont emmenés par la police pour subir
fouilles, interrogatoires, intimidations, menottages, fichages,
menaces et autres humiliations. Le train a été bloqué à 16
heures et ce n’est qu’après 23.15 heures qu’il a repris sa
route avec ses occupants en direction de Zurich où, heureusement,
une correspondance pour Bâle était encore possible.
Ce sont d’autres manifestants qui étaient rentrés en
voiture ou avec d’autres trains qui se sont organisés pour
venir chercher la vingtaine de Jurassiens en gare de Bâle audelà
de 2 heures du matin.
On peut naturellement me rétorquer que le témoignage
dont je viens de faire état donne une vision unilatérale des
événements; c’est possible. Mais j’ai parlé tout à l’heure des
traits de caractère de notre ancien collègue Jean-Pierre
Kohler et l’exagération n’en fait pas partie. La provenance de
ce témoignage m’autorise donc à affirmer objectivement que
la répression policière à Landquart le 24 janvier a été d’une
rare violence sans motif véritable! Et ce fait ne peut être
toléré.
En définitive, le seul crime de 95% au moins des quelque
1’000 personnes prisonnières pendant de longues heures à
Landquart, gazées, debout et au froid, agressées par la
police, est d’avoir participer à une manifestation autorisée à
Coire et d’être ensuite montées dans un train pour rentrer
tranquillement chez elles.
Le Gouvernement, par son ministre de la Police, a été
informé de ces faits par les Jurassiens qui ont subi cette
répression. Sa réponse, qui n’a pas varié depuis plusieurs
années, a été d’indiquer que les policiers jurassiens ne se
trouvaient pas sur les lieux mêmes des événements et que,
pour l’envoi de ceux-ci dans les Grisons, le canton du Jura
est lié par le concordat des polices, auquel par ailleurs le
canton du Jura a fait appel en d’autres circonstances.
Ces explications ne sont plus suffisantes. La participation
de policiers jurassiens au dispositif de sécurité autour du
Forum de Davos rend notre Etat complice des actes de
répression qui sont perpétrés par les forces de police, que
les Jurassiens y participent directement ou non.
Ensuite, le respect du concordat ne passe pas forcément
par l’envoi de policiers dans les Grisons. Ce canton n’est pas
signataire du concordat. Les Jurassiens sont en fait envoyés
à Davos à la demande du canton de Genève. Sur place, ils
sont placés sous les ordres des policiers genevois qui, soit
dit en passant, ces derniers temps, se sont spécialisés dans
la bavure! C’est à ce niveau que le Jura honore le concordat
des polices. Or, notre Etat pourrait fort bien indiquer, comme
le concordat précisément l’y autorise, qu’il ne souhaite pas
que les Jurassiens se rendent dans les Grisons et que le
respect du concordat s’effectue par une suppléance sur le
territoire genevois des policiers de ce canton envoyés à
Davos casser du manifestant. La complicité de notre Canton
aux violences policières, si elle ne disparaissait pas totalement,
en serait ainsi en tous les cas fortement atténuée.
Nous aurions ainsi au moins la certitude que les policiers
jurassiens n’ont pas participé à la répression de la manifestation.
Cette manière de faire permettrait de répondre à la
motion qui demande que le Jura ne participe plus au dispositif
de sécurité lié au Forum économique, sans pour autant
être obligé de dénoncer le concordat des polices.
Pour terminer – et je remercie Monsieur Roth de ne pas
l’avoir dit – ne revenez pas avec l’argument que le concordat
a été utilisé par le Jura pour assurer le maintien de l’ordre
lors des matches de football entre Delémont et Bâle. C’est
Claude Hêche qui l’a cité à deux reprises à cette tribune. J’ai
assisté à ces rencontres et l’attitude de la police a toujours
été de canaliser les supporters pour éviter les débordements
et non de les agresser gratuitement comme cela s’est passé
à Landquart.
En cette année de double anniversaire, il nous paraîtrait
symbolique que le canton du Jura indique, par son refus
d’envoyer des policiers dans les Grisons, qu’il est attaché
aux droits démocratiques fondamentaux des citoyens, dont
celui de manifester n’est pas le moindre. Il démontrerait ainsi
qu’il n’entend pas refuser ces droits à d’autres, rappelant
ainsi que ces droits étaient encore refusés au peuple jurassien
il y a à peine un peu plus de trente ans. L’histoire et
l’honneur de notre Canton imposent que l’on accepte cette
motion.

M. Luc Maillard (PS):

Monsieur Prince aurait pu nommer
sa motion «La démocratie écrasée, la démocratie menottée,
la démocratie gazée».
Inutile de refaire tous les débats de ces dernières années
sur la participation de la police jurassienne au Forum de
Davos. Suite aux événements de cette année et suite aux
agissements du système policier, et ceci principalement dans
la gare de Landquart, le motionnaire demande que le Jura
n’envoie plus ses policiers à Davos. Mais que s’est-il donc
passé de particulier à Davos et à Landquart cette année? Je
me serais permis de vous lire quelques témoignages d’un
groupe de manifestants qui relatent ce qui s’est déroulé lors
de la manifestation autorisée de Coire. Rémy Meury vient de
le faire d’une manière encore meilleure que celle que j’avais
à votre disposition mais qui concorde à 100%. Simplement
quelques petits passages (c’est une citation de personnes
qui ont participé à la manifestation): «Les personnes encore
présentes dans le train furent obligées de descendre et les
manifestants voulant se tenir à l’écart furent poussés sur le
quai. Tandis que le cercle des policiers se resserrait, nous
nous sommes assis sur le quai afin de montrer nos intentions
pacifistes. Malgré notre calme, les policiers ont lancé, sans
aucune sommation, des grenades lacrymogènes et assourdissantes.
Suite à cela, nous nous sommes retrouvés dans
un enclos barricadés et entourés de policiers, surveillés de
surcroît par deux canons à eau. Un tel dispositif (même les
toilettes étaient prévues) a-t-il pu être mis en place en moins
d’une heure? Tout cela était prévu d’avance. Plusieurs
centaines de personnes ont été parquées, gazées, contrôlées
et fichées sans qu’il n’y ait eu, à l’arrivée de Landquart,
aucune déprédation commise».
Après plusieurs cartons jaunes adressés à la police des
Grisons ces dernières années, nous pensons qu’il est temps
de sortir cette fois-ci le carton rouge! Il est grand temps de
remettre la démocratie à sa juste place. Il est grand temps de
montrer au peuple suisse que nous ne pouvons pas bafouer
nos lois et, si cela se passe par une décision forte du Parlement
jurassien et que nous arrivions à en faire prendre conscience,
ce sera un grand signe de la part d’un petit canton.
Nous allons, au sein du groupe socialiste, soutenir la motion.


Dernière édition par le Lun 29 Jan à 22:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 22:52

Parlement la suite 2

M. Philippe Gigon (PDC):

Au moyen de la motion «Davos: la démocratie d’abord!», notre collègue député Pascal Prince demande que le Jura ne participe plus aux
activités policières ou de sécurité liées au Forum économique
mondial de Davos. Or, le Jura, ne l’oublions pas, est
l’un des vingt-trois cantons faisant partie de la Confédération
suisse et certaines obligations lui incombent, notamment en
ce qui concerne la mise à disposition de policiers, que cela
plaise ou non!
Afin de respecter ses engagements et ainsi ne pas faire
cavalier seul, le canton du Jura a adhéré au concordat du 10
décembre 1988 réglant la coopération en matière de police
en Suisse romande et l’arrêté du 12 avril 2000 concernant
cet objet a été accepté par le Parlement jurassien. L’adhésion
du Jura au concordat précité, dont l’application doit être
assurée par l’autorité compétente, en l’occurrence le Gouvernement,
est à notre avis un bon compromis respectant nos
sensibilités, qui ne sont pas tout à fait comparables, c’est
vrai, à la mentalité des cantons d’Outre-Sarine.
L’article 2, alinéa f, du concordat a pour but de régler la
coopération en matière de police et d’entraide, notamment
lors de rencontres importantes et à l’occasion de conférences
internationales. C’est justement à ce titre que dix policiers
jurassiens ont été engagés au maintien de l’ordre lors
du Forum économique mondial de Davos.
Selon nos informations, les dix policiers jurassiens (sur les
400 policiers romands présents) ont été engagés à Coire où
la manifestation s’est déroulée paisiblement et aucune
confrontation n’a eu lieu avec les manifestants. Cela a
d’ailleurs été relevé à cette tribune et le député Pascal Prince
le relève d’ailleurs dans son intervention: «Ainsi, une manifestation
a été autorisée à Coire et s’est déroulée dans le
calme». Nos policiers n’ont donc pas été engagés à Landquart
(que dénonce le motionnaire) et aucun reproche ne
peut de ce fait leur être adressé!
Il faut aussi être conscient que le canton du Jura n’est pas
à l’abri d’une demande d’entraide prévue dans le concordat.
En conclusion, si la police jurassienne est engagée au
Forum économique de Davos, ce n’est pas par plaisir (elle
s’en passerait) mais c’est justement pour garantir la démocratie
(on en parle beaucoup) et la liberté d’expression de
part et d’autre et d’assurer la protection non seulement des
représentants de l’économie mais également des pacifistes
envers des cellules et autres mouvements irréductibles qui
viennent en priorité pour «casser» et perturber la manifestation.
En ce qui concerne la teneur de la lettre du 21 août 2004
signée par le Groupe de Jurassiennes et Jurassiens ayant
subi l’intervention policière de Landquart lors du WEF 2004,
c’est vrai peut-être que l’acceptation de la motion no 743 ne
remettrait pas en cause le concordat réglant la coopération
en matière de police en Suisse romande. Cependant, vous
n’ignorez certainement pas qu’il existe une obligation constitutionnelle
fédérale obligeant tous les cantons de mettre à
disposition de la Confédération, sur sa demande, des effectifs
de police pour assurer, au besoin, la sécurité sur l’ensemble
du territoire suisse. En conséquence, l’acceptation
de la motion no 743 ne résoudrait absolument rien puisque
anticonstitutionnelle.
Pour toutes les raisons invoquées ci-devant, le groupe
démocrate-chrétien refusera la motion no 743 et vous invite
à en faire de même.

M. Pascal Prince (PCSI):

Le Gouvernement se retranche donc bien derrière le concordat romand, et j’insiste sur le terme «romand». Le canton des Grisons ne fait pas partie de la Romandie, à ce que je sache, Davos n’entre pas dans mon
image de la Romandie. On pourrait donc tout à fait envoyer
des policiers à Genève s’ils en ont besoin.
Je me rappelle aussi d’avoir refusé ce concordat romand
à l’époque et je dois reconnaître que mes craintes se sont
confirmés.
En ce qui concerne l’obligation fédérale, je reviendrai tout
simplement sur un tout petit point: ces articles, je les ai lus
lors de mes précédentes interventions et il est clairement
stipulé que ce sont des obligations d’entraide mutuelle en cas
d’urgence et de situation exceptionnelle. Je ne sais pas mais
le Forum de Davos est prévu deux ans à l’avance; ce n’est
pas ce que j’appelle une urgence. Situation exceptionnelle
non plus puisque 1’700 policiers et militaires sont convoqués,
installés, préparés en un rien de temps. Je ne sais pas mais
il me semble que les termes «urgence» et «exceptionnelle»
ne correspondent pas du tout au cas du Forum de Davos.
Donc, je n’ai absolument aucune crainte au niveau d’une
certaine incompatibilité constitutionnelle.
Ce qui m’inquiète aussi, c’est que le Gouvernement, à
chaque fois, a insisté sur le respect des droits à la libre
expression. Chaque fois, ils ont été bafoués. Je ne sais pas
combien de fois on va dire «nous voulons que la liberté d’expression
soit respectée» et, chaque fois, on revient et maintenant
on arrive à des démarches judiciaires pour prouver
qu’il y a eu des abus. Et on continue d’envoyer des policiers
comme si de rien n’était. Je n’arrive vraiment plus à comprendre
comment on peut être aussi obstiné à vouloir participer à
ce que j’appelle une véritable parade sécuritaire pour montrer
qu’on est capable de mater un peu ceux qui n’auraient
pas le malheur de penser comme le Gouvernement le désire.
On a aussi souvent relaté le fait que j’ai expressément cité
le fait que la manifestation de Coire a été pacifiste et qu’il n’y
a pas eu de débordement et que la police a réussi à bien
gérer la chose. Alors, à ces personnes-là, je leur demande:
pourquoi Landquart, après la manifestation, dans un train?
Pourquoi arrêter ce train deux gares plus loin pour, après,
faire descendre tout le monde? Je suis désolé mais c’est de
la provocation! Et j’estime aujourd’hui que la réponse est très
simple: le Forum de Davos est clairement un abus policier et
je ne pense pas qu’un jour nous aurons le Forum de Davos
à Delémont ou à Porrentruy; je n’ai absolument aucune
crainte de ce côté-là.
Je pense qu’il est temps de montrer clairement que le Jura
ne veut pas participer à ce genre de manifestation brutale,
inutile et dangereuse puisqu’elle provoque la population et
facilite le développement de mouvements style «blackblock
» de Zurich. Il ne faut pas s’étonner après qu’il y a des
débordements comme on a maintenant aussi du côté de
Genève avec les bavures régulières de la police.
Je vous demande donc une dernière fois de montrer
l’exemple, de montrer que le Jura a une grande estime de la
démocratie et le respect des droits d’expression. (Quelques
applaudissements.)


Dernière édition par le Lun 29 Jan à 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Lun 29 Jan à 22:53

Parlement, la suite 3 FIN

(Vous voyez, on s'ennuie pas au Parlement, mais ça cause!)

M. Jean-François Roth, président du Gouvernement:
Je n’attends pas d’applaudissements! (Rires.)
Le grand Michelet commençait son cours sur l’Angleterre
en Sorbonne par cette phrase restée célèbre: «L’Angleterre
est une île». Contrairement à l’Angleterre, le Jura n’est pas
une île. Nous vivons dans un monde institutionnel et organisé,
dont la sécurité et le confort matériel constituent aussi
un des éléments qui contribuent à la stabilité, à la paix
sociale, auxquelles sans doute toutes les citoyennes et les
citoyens de ce pays sont attachés. Il ne faudrait quand même
pas trop l’ignorer non plus.
Vous prônez la liberté d’expression mais elle vaut aussi
pour ceux qui s’expriment dans l’enceinte du Forum de
Davos. En fait, cette manifestation, qui a lieu régulièrement,
doit pouvoir aussi exprimer ses idées, que ce soit à Davos, à
Porrentruy ou à Delémont – mais cela n’arrivera pas d’après
ce que vous dites! – et que chacun puisse s’exprimer et
puisse le faire dans l’ordre et le calme, sans se voir naturellement
agressé dans sa liberté, dans ses biens. Mais c’est
aussi le cas à l’inverse, pas seulement pour ce que vous
dénoncez. Et lorsqu’il vous a proposé, au Parlement, que le
Jura adhère à ce concordat, le Gouvernement voulait précisément
éviter que le canton du Jura devienne une île.
L’exégèse à laquelle vous vous êtes livré sur la disposition
constitutionnelle, permettez-moi de vous le dire, est assez
fantaisiste! La Confédération pourrait naturellement requérir,
même en dehors du concordat, pour des situations exceptionnelles
des forces de police et sans doute qu’elle jugerait
qu’un tel événement, qui est susceptible de dégénérer, en
constitue un.
Ceci dit, l’expérience enseigne aussi qu’un canton, en
particulier lorsqu’il est petit, ne peut pas faire face seul à des
manifestations importantes. Alors, Monsieur Meury était plein
de gratitude parce que je n’avais pas évoqué les matches sur
lesquels, semble-t-il, mon collègue, plus sportif, de la Police
s’était étendu jadis. Je veux quand même dire que nous
avons aussi des manifestations, que ce soit des marches…
des matches pardon – des marches, d’ailleurs, cela va venir
mais il n’y a pas de policiers – ou d’autres manifestations
pour lesquelles nous avons besoin du concours des polices,
en particulier romandes. Le canton de Vaud est déjà intervenu
plusieurs fois au moyen de chiens par exemple pour
retrouver des personnes disparues parce qu’il faut aussi dire
que nous avons des corps de police plus importants à
Genève et dans le canton de Vaud, qui sont souvent plus
spécialisés dans un certain nombre de domaines. A cela
s’ajoute aussi que, par le biais de ce concordat, le canton du
Jura peut bénéficier aussi de formations pour ses policiers,
qui ne sont pas d’ailleurs des formations qui sont naturellement
relevant du maintien de l’ordre.
C’est dans le contexte du concordat romand que ces policiers
jurassiens participent à ce Forum de Davos. Ils ne sont
pas une équipe envoyée seule, à la merci d’ordres venus de
n’importe quel corps. Ils participent d’un groupe de maintien
de l’ordre romand, qui est constitué de 400 personnes. Ce
groupe travaille selon une doctrine d’engagement qui est
propre aux cantons romands. Il se voit affecté à une mission
globale et c’est ainsi qu’effectivement, lors du dernier Forum
de Davos, le groupe romand se trouvait stationné à Coire.
Même si, comme quelqu’un l’a dit, il semble que les policiers,
d’après ce que vous en dites, genevois sont abonnés aux
bavures, à ma connaissance (cela a d’ailleurs été relevé à
cette tribune) il n’y a pas eu de bavure à Coire, donc là où en
fait les policiers jurassiens étaient engagés.
Le Gouvernement pense que ce serait en fait tout à fait
contre-productif que d’accepter une telle motion et que, pour
le canton du Jura, cela nous mettrait dans une situation délicate.
Le président: Monsieur le député Prince, souhaitez-vous
user de votre droit à la réplique? Vous avez la parole.

M. Pascal Prince (PCSI):

Je vais être très bref mais j’ai
l’impression qu’on ne m’a pas du tout écouté. Alors, c’est une
impression très désagréable (rires) parce que j’ai clairement
dit, dans ma motion, que cela ne remettait en aucun cas en
cause le concordat romand. C’est uniquement du Forum de
Davos que je parle et des débordements policiers, des abus
policiers qui ont eu lieu à Landquart. J’insiste sur le fait qu’on
peut avoir une manifestation totalement pacifiste à Coire;
cela s’est vérifié, on peut très bien l’avoir. Il n’y a donc absolument
aucun besoin d’avoir autant de policiers pour, après,
faire l’événement à Landquart.
Je suis désolé, on ne m’a pas écouté puisqu’on me parle
du concordat, du concordat, du concordat et du concordat,
alors que, moi, je parle du Forum de Davos.
Le président: Merci.
Monsieur le Ministre, droit à la
duplique?

M. Jean-François Roth, ministre:

Je duplique volontiers. Bien sûr que oui, je vous ai écouté attentivement, Monsieur le député Prince, mais vous êtes un sophiste. Vous faites une
erreur dans votre raisonnement.

M. Jérôme Corbat (CS-POP) (aveugle, de sa place): On
ne montre pas du doigt!

M. Jean-François Roth, ministre: Comment tu l’as vu?
(Rires.)

Vous êtes un sophiste, Monsieur le Député, parce qu’en
réalité naturellement que vous jouez sur cette adhésion au
concordat romand qui ne serait pas remis en cause par une
non-participation à Davos. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que
la Confédération et le canton des Grisons demandent l’intervention
des cantons romands, que ce soit celui de Genève
ou des autres, dans cette manifestation et que, dans la
mesure où le canton du Jura se soustrait à ses obligations
dans le cadre du concordat romand pour intervenir dans le
cadre de la mise à disposition des contingents romands, on
va bien sûr aussi, lorsque nous aurons besoin des policiers
genevois ou d’autres, nous rétorquer que nous n’avons pas
respecté nos engagement. Par conséquent, on pourrait aussi
se débrouiller seuls. C’est cela en fait le raisonnement.
J’ai tout à fait bien compris ce que vous dites mais ce que
vous dites ne m’apparaît pas correct. Voilà, pour que les
choses soient claires!

Au vote, la motion no 743 est rejetée par 29 voix contre 22.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Mar 30 Jan à 0:53

ok, j'avoue que je n'ai parcouru le texte qu'en diagonale (pas le courage...). J'en retiens cependant 2 ou 3 choses.

1. Etant de retour à Bâle moi-même à 2h le matin, je crois savoir ce qu'il s'est passé à Landquart... Merci (sincèrement) d'avoir fait part de notre sort auprès des parlementaires jurassiens! Sur le moment, ça n'était pas très drôle toute cette agitation policière, donc les réponses de JFR, hahahahahahaha....

2. Je ne remets pas en cause, dans ma question, la participation de la police jurassienne au concordat romand (bien que cela est un foutage de gueule incroyable...), mais l'engagement de l'armée dans le maintien de l'ordre dans notre pays.

Or, comme JFR le mentionnait très justement à l'époque, et comme tu l'as relevé dans les comptes-rendus du parlement : "L’idée formulée d’intégrer des forces militaires dans le maintien de l’ordre a été très clairement écartée ...".

Cette promesse que la police jurassienne s'engageait dans le concordat des polices pour éviter l'engagement de l'armée est donc caduque.
Ma question reste, et même se développe : soit ou nous a menti dès le départ sur l'engagement de l'armée dans la sécurité, mais néanmoins l'on trouve ça proportionné, soit on nous a menti sur l'engagement de l'armée dans la sécurité, mais on ne s'est rendu compte de rien.

Autant vous, chers parlementaires, que nous, cher peuple, semblons avoir été floués dans les réponses amenées à l'engagement de l'armée. Mais quand ça arrive, plus personne ne se souvient des promesses faites alors...

3. Quant aux résultats des précédents votes parlementaires, j'éspère que ça ne décourage pas les plus motivés d'entre vous de continuer sans cesse la lutte pour plus d'égalité et de justice. Je continue donc d'espèrer que le Jura saura remettre en cause l'engagement de l'armée dans des tâches dévolues normalement à la police, tant au niveau jurassien que national.

4. Même si cette photo est celle d'un flic allemand, le débat devrait cependant rester ouvert, ne serait-ce que pour parer à l'éventualité....

Indépendantiste, j'aime bcp discuter avec toi. Va pas croire que se sont mes sentiments qui soient virulents, mais peut-être la manière de les exprimer... cheers

Jura libre!
Halte à la répression!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: armée et sécurité   Mar 30 Jan à 1:25

taratata a écrit:
ok, j'avoue que je n'ai parcouru le texte qu'en diagonale (pas le courage...). J'en retiens cependant 2 ou 3 choses.

1. Etant de retour à Bâle moi-même à 2h le matin, je crois savoir ce qu'il s'est passé à Landquart... Merci (sincèrement) d'avoir fait part de notre sort auprès des parlementaires jurassiens! Sur le moment, ça n'était pas très drôle toute cette agitation policière, donc les réponses de JFR, hahahahahahaha....
....
Or, comme JFR le mentionnait très justement à l'époque, et comme tu l'as relevé dans les comptes-rendus du parlement : "L’idée formulée d’intégrer des forces militaires dans le maintien de l’ordre a été très clairement écartée ...".

Cette promesse que la police jurassienne s'engageait dans le concordat des polices pour éviter l'engagement de l'armée est donc caduque.
Ma question reste, et même se développe : soit ou nous a menti dès le départ sur l'engagement de l'armée dans la sécurité, mais néanmoins l'on trouve ça proportionné, soit on nous a menti sur l'engagement de l'armée dans la sécurité, mais on ne s'est rendu compte de rien.

Autant vous, chers parlementaires, que nous, cher peuple, semblons avoir été floués dans les réponses amenées à l'engagement de l'armée. Mais quand ça arrive, plus personne ne se souvient des promesses faites alors...

3. Quant aux résultats des précédents votes parlementaires, j'éspère que ça ne décourage pas les plus motivés d'entre vous de continuer sans cesse la lutte pour plus d'égalité et de justice. Je continue donc d'espèrer que le Jura saura remettre en cause l'engagement de l'armée dans des tâches dévolues normalement à la police, tant au niveau jurassien que national.

...

Indépendantiste, j'aime bcp discuter avec toi. Va pas croire que se sont mes sentiments qui soient virulents, mais peut-être la manière de les exprimer... cheers

Jura libre!
Halte à la répression!

Même moi j'ai eu du mal à le relire en diagonale! En direct c'était interessant, mais à froid, c'est un peu long...

Merci Taratata de t'engager! Je suis allé à Davos une fois mais pas cette année là... Les commentaires dénigrants, on s'y habitue mais c'est rageant de voir qu'ils s'en sortent si facilement...

Pour ce qui est des forces militaires, chu d'accord, elles sont totalement inadaptées et elles ne devraient être utilisées qu'en cas de guerre! Mais c'est un peu dangereux dans la Région, il paraîtrait qu'une guerre des clochers risque d'être relancée!
Laughing

On va relancer la compresse, mais faut du temps. Tu remarquera que ce débat avait lieu au mois d'août!

Il n'y a aucune raison de croire qu'on ne peut pas revenir sur un vote, surtout 3 ans après et avec de nouveaux débutants!

J'aimes bien moi aussi les gens qui ne manient pas trop la langue de bois mais qui ont des idées et les expriment sans brouillard!

a+
afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: armée et sécurité   

Revenir en haut Aller en bas
 
armée et sécurité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Question sur agent cynophile privé/armée !
» Lunettes de sécurité
» Agent cynophile de sécurité, un métier d'avenir ?
» Infos sur l'armée...
» ma petite armée d'étoile de mer ( en photo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Groupe Bélier :: Divers-
Sauter vers: