Site du Groupe Bélier. Mouvement pour la réunification du Jura (en suisse).
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 FLJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JUni

avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: FLJ   Mer 14 Mar à 18:36

Je mets l'article ci-dessous qui était sur le site www.journaldujura.ch. Je dirai plus tard ce que j'en pense. Toutefois, je trouve très bizarre que le QJ et RFJ n'en parle pas. C'est un peu ce qui me révolte cette espèce de "censure". J'ai l'impression d'en apprendre plus sur le Jura en lisant le JDJ ou l'impartial.


Article:


MOUTIER

Ancienne "terreur" au bord de la crise de nerfs

Jean-Marie Joset choisit symboliquement Moutier pour faire part à la presse de ses déboires avec l'Etat et la magistrature jurassienne. L'ex-FLJ est persuadé de ne plus avoir que des ennemis.

Par Blaise Droz

La voix cassée par les sanglots, Jean-Marie Joset s'est exprimé hier à Moutier devant des représentants de la presse quotidienne fort intrigués par le titre de son invitation: «La valise ou le cercueil». Celui qui avec Marcel Boillat avait créé le FLJ, incendié fermes et bâtiments militaires, puis fait exploser une banque au nom de la cause jurassienne a compris de longue date que ses actes qui se voulaient patriotiques lui vaudraient davantage de misères que de bravos. Pourtant au début, il pouvait y croire à la gloire et à la reconnaissance éternelle. Ne devait-il pas se sentir légitimé dans ses actes lorsqu'un char allégorique de la Fête du Peuple jurassien exhibait des maquettes de fermes incendiées sous les vivats de la foule? Celui qui avait choisi d'agir dans l'ombre comprit trop tard que les feux de la rampe ne seraient jamais pour lui.

Contrairement à son compère Boillat «Dont on a ouvert la porte de la prison afin de le faire conduire en Espagne», Joset a purgé sa peine. Enfin jusqu'à la grâce qu'il a obtenue par sa pugnacité et l'aide de parlementaires non-jurassiens.

Une fois le canton entré en souveraineté, Joset croyait que comme les autres «pères fondateurs», il se verrait offrir un poste quelque part dans l'administration cantonale. Mais rien ne vint, on égara même son dossier de candidature. Ce n'est pas la première fois que Joset raconte cette histoire, mais plus que jamais il est convaincu que ce qu'il qualifie de mafia s'était ligué pour l'exclure.

«Béguelin m'avait dit que j'aurais mieux fait de partir, qu'ici je n'aurais que des ennuis. En fait, le secrétaire général du Rassemblement jurassien voulait que je m'en aille pour que les honneurs ne reviennent qu'à lui.»

Boillat et Hennin sont partis, eux. Ils n'ont ainsi plus fait d'ombre à l'idéal d'un canton construit à force d'abnégation mais désireux de gommer les moments obscurs de son histoire. Mais dans l'esprit de Jean-Marie Joset, il n'y a rien d'obscur. S'il admet, et plutôt deux fois qu'une, avoir de lourds regrets, ce n'est que pour le tort qu'il s'est fait à lui-même. «Avant d'incendier des fermes, on s'assurait qu'il y avait du monde dehors, des cavaliers, des gens qui s'occupaient dans le secteur. En outre, ce n'était jamais tard dans la soirée et les incendies pouvaient se voir avant de prendre une tournure dramatique. Boillat, lui, avait plastiqué la voie de chemins de fer à Studen, un attentat manqué mais qui était clairement conçu pour tuer. A cela, Joset avait refusé de participer. «Boillat était une tête brûlée, pour ma part j'étais pro-Jurassien pas anti-Bernois.

Aujourd'hui, Joset découvre que l'histoire jurassienne est racontée et enseignée comme si le FLJ n'avait jamais existé ni agi. Or, il revendique avec force le mérite d'avoir, par son action, fait fléchir Berne bien plus efficacement que Béguelin et le RJ. /BD




Un père meurtri

Si Jean-Marie Joset a convoqué la presse à Moutier, c’est pour dire en terres bernoises tout le mal qu’il pense désormais du nouveau canton dont il certifie être le principal père fondateur. Même s’il n’use pas de ce mot-là, il voit dans l’action menée par le FLJ, le seul bras de levier qui ait été en mesure de faire basculer Berne dans le doute. Et le bouteur de feu des années de braises de citer le conseiller d’Etat Bernois d’alors Henri Huber, et également Roger Schaffter qui auraient prononcé des phrases sans équivoque, attribuant au FLJ la paternité du lancement des plébicites. Joset est donc fier de son action et atterré que l’on n’en reconnaisse pas les mérites.

Mais l’homme n’est pas que père de son canton, il est aussi papa de deux enfants nés d’une union sans mariage. Comme tant de pères dépossédés de leurs droits et devoirs envers leur progéniture, il souffre, il le dit, il le crie. Il accuse l’Etat jurassien et ses magistrats de s’être ligués contre lui, de le pousser volontairement à bout. A bout, il l’est et ça se voit. «Ils sont tous contre moi!» Et Joset de formuler une petite phrase surprenante de la part de l’ancien fondateur du FLJ. Les Bernois étaient serviables, mais dans le Jura, ils n’aiment que le pouvoir. /bd
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guzi-guz.blogspot.ch/
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: FLJ   Jeu 15 Mar à 2:22

Effectivement y a de quoi être révolté. Mais il faut savoir gérer sa révolte mais je ne veux pas paraître prétentieux pour autant, n'ayant pas fait la grande histoire de ce petit Peuple fier. Je suis moi aussi certain que sans le FLJ, le Jura n'existerait pas encore. Le Bélier a repris le relais en s'adaptant à la réalité helvétique. Je préfère cent fois la situation que nous avons ici au Jura que celle de la Corse, du Pays Basque ou encore du Kurdistan. Je peux militer ici pacifiquement sans risquer de finir en tôle ou dans un caisson en bois à six pieds sous terre pour mes idéaux. S'il fallait l'étincelle pour allumer la mêche, il n'était pas possible de glorifier les membres du FLJ outre mesure. L'oppression suisse et bernoise n'avait pas la même dimension que les cas cités plus haut. Comme toute société, il y a des vérités qui blessent et qu'on essaie de minimiser ou de faire oublier.
study

Les parvenus se sont vite accaparés les rouages et les pouvoirs du nouvel état et ça ne me plaît pas du tout non plus. Mais vivre trop déconnecté de la réalité est dangereux. Joset n'a pas réussi, je pense et c'est un avis très personnel et sans aucune connaissance pycho-socialo-éducatrice, à faire son deuil de sa gloire éphémère et de passer à la vie au quotidien. Il a développé sa rancoeur face à l'ingratitude manifeste des jurassiens face à son engagement. Son échec face au Peuple qu'il a pourtant grandement aidé dans sa conquête de la liberté aurait dû lui mettre la puce à l'oreille.
Exclamation

La Révolution mange ses enfants disait je ne sais pas qui, et c'est une réalité. Très peu de militants ont finalement profité de la nouvelle République et certains ont vite compris la différence entre la lutte d'un Peuple et la gestion d'un Peuple. Les crises entre le Gvt Jurassien et les Mouvements militants sont nées en même temps que la République. Les partisants de la normalisation ont vite pris le dessus et malheureusement, Joset était devenu un boulet. Les deux autres exilés étaient pratiques, utiles à la cause sans possibilité de perturber la mutation de l'état...

Joset, en restant au Jura a prit le risque d'affronter toute l'ingratitude prévisible des gestionnaires. Si l'on regarde l'attitude de Béguelin, il avait bien analysé les enjeux et n'a jamais voulu entrer dans le gouvernement alors même qu'il aurait été assuré d'y entrer. Il savait que les responsabilités et les enjeux partisans lui auraient imposé des choix impossibles entre fidélité à la cause et fidélité au consensus.

Quant à sa déclaration que Béguelin voulait toute la gloire pour lui, j'y peux rien mais la gloire n'intéressait pas Roalnd, c'était le Jura sa vie et sa passion!
Exclamation

J'ai une admiration de militant pour les membres du FLJ et je trouve lamentable les vexations qu'on fait subir à Joset. Je ne pense pas que j'aurais eu le courage qu'il a eu de s'engager dans cette lutte Jurassienne comme il l'avait fait, mais il faudrait qu'il arrive à se faire une raison, on ne peut changer l'histoire. Ceci a un avantage pour lui, personne ne pourra effacer son nom du combat Jurassien, mais le désavantage c'est que l'ingratitude et l'oubli ont eu le temps de faire leur travail dévastateur.

Pour ce qui est de la censure du QJ et de RFJ, elle est un élément de cette mutation vers le conformisme voulue par les pouvoirs des partis. C'est aussi peut être pour éviter de donner trop d'importance à cette rancoeur qui a déjà été relevée plusieurs fois dans le Jura dans le passé. La souffrance de Joset n'est pas vraiment agréable à affronter, puisque l'ingratitude des jurassiens en est la cause, mais aussi difficilement défendable. Ce n'est pas parce qu'on a fait des actes héroïques (selon le point de vue évidemment...) que l'on est éternellement admiré. Tout le drame est là.

Par contre, pour les journaux pro-bernois ou anti-Jurassien (sans vouloir faire de procès d'intention, l'Impartial n'a jamais été très tendre avec les Jurassiens Exclamation ), eux, apprécient ce genre de témoignages qui donnent une image négative du combat Jurassien.

Je n'ai jamais rencontré Joset, et c'est dommage. Mais à partir du moment où l'on généralise et où l'on voit un complot contre sa personne, on entre un peu dans l'irrationnel.
study

Pour avoir perdu un ami de lutte dans le nouveau FLJ, je ne me vois pas glorifier les actes terroristes. Je ne vois pas non plus l'intérêt de se focaliser sur ces actes quarante ans après. Oui on peut reconnaître sans autres réserves l'importance majeure des actions du FLJ dans l'histoire Jurassienne, mais aujourd'hui je veux regarder vers l'avenir, vers un nouvel état regroupant les six districts francophones Jurassiens. Et ce combat se mène différement d'il y a 40 ans. Mais je ne renierai pas pour autant l'histoire et chapeau bas à M. Joset pour avoir su faire du terrorisme doux, sans avoir franchi le Rubicon de l'irréparable, à savoir blesser ou tuer des personnes. Mais son attitude aujourd'hui n'est pas vraiment positive et ne risque pas de lui permettre de retrouver la gratitude d'un Peuple qui lui doit un peu de son âme.

Dommage!
Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUni

avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: FLJ   Sam 24 Mar à 1:00

Bon je crois qu'il n'y a pas grand chose à rajouter...

Franchement, cette situation me laisse un goût amer.. Je crois que l'Etat aurait pu faire un peu plus pour lui (par exemple lui trouver un boulot). Mais bon je dois avouer que je ne connais pas très bien la situation et les possibilités d'action (ou de passivité) du canton.

Concernant les journaux, les critiques ne sont pas à prohiber. Il ne sert à rien de s'envoyer des fleurs et de se cacher les yeux devant les problèmes de notre société.

Et le conformisme du Jura?!? Je comprends pas trop là!? Après s'être conformer, on ne sera plus que des suisses avec accent. Donc le peuple jurassien sera(it) une idée dépassée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guzi-guz.blogspot.ch/
indépendantiste

avatar

Nombre de messages : 250
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: FLJ   Sam 24 Mar à 8:34

JUni a écrit:
Bon je crois qu'il n'y a pas grand chose à rajouter...

...Et le conformisme du Jura?!? Je comprends pas trop là!? Après s'être conformer, on ne sera plus que des suisses avec accent. Donc le peuple jurassien sera(it) une idée dépassée...

Tu le dis si bien SERAIT une idée dépassée. La notion de Peuple est intîmement liée à la conscience de ceux qui se prétendre être d'un Peuple. Si d'ici quelques décennies, après la Réunification réalisée, les Jurassiens se satisfont de leur statut, la phase qui immanquablement arrivera sera celle de la conformité et de la banalisation. On est déjà pas mal dedans avec les nombreux politiciens qui ne veulent plus parler de la QJ ou de la laisser à une bataille de juristes ou de gens "autorisés" (les membres de l'AIJ cqfd).

Le Bélier, le MAJ et j'ajoute le MIJ (je peux pas m'empêcher d'y croire...) sont les garants que l'esprit Jurassien, ainsi donc le Peuple Jurassien, survive à la Réunification!

D'autres éléments exterieurs pourraient encore infléchir cette tendance, la germanisation du pouvoir hélvétique pourrait devenir trop grave et les Jurassiens être à la pointe de la contestation ou de la défense des intérêts latins.

Voilà voilou.
flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FLJ   

Revenir en haut Aller en bas
 
FLJ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Groupe Bélier :: Divers-
Sauter vers: