Site du Groupe Bélier. Mouvement pour la réunification du Jura (en suisse).
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pas de discussions! Pas d'UDC!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Pas de discussions! Pas d'UDC!   Lun 11 Sep à 13:48

habile petite udc qui se met dans la situation, qui quoiqu'il arrive, lui sera favorable : la pauvre petite dont personne ne comprend les valeurs démocratiques qui l'anime.
Menteuse!!!

Pourquoi aller discuter avec des gens qui connaissent nos arguments et dont nous combattons fermement les idées qu'ils défendent? Pour y aller et servir l'image "la gentille udc" dialogue avec ces sauvages de jurassiens.... Ou ne pas y aller et se faire traîter de sauvages de jurassiens qui ne veulent même pas discuter...
A choisir, et aux personnes invitées au dialogue, bof quoi. d'ailleurs, et à l'attention des dirigeants de l'udc : vous pouvez discuter avec qui vous voulez (et même implorer le PS jurassien de tenir ses militants, HAHAHA...), ces représentants ne représentent qu'une minorité des gens qui se déplacent pour dénoncer vos magouilles....

ne reste plus qu'a espérer pour tout le monde que les autorités de Bassecourt ne change pas une nouvelle fois d'avis.

PAS D'UDC à BASSECOURT! ou grosse manif... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: communiqué udc. chasse aux sorcières ouverte!   Lun 11 Sep à 14:10

Voilà, le communiqué de presse de notre "premier parti gouvernemental", après celui des abstentionistes, qui croit que des "gauchistes" font pression... délire paranoïaque aigu, révélateur d'une volonté de détourner la cause du problème, comme à son habitude... retour à la guerre froide, les gauchistes sont partout!!!!

Communiqués de presse 2006
.
Inacceptable: Des manifestants gauchistes veulent empêcher une assemblée UDC
(UDC) Pour la première fois dans son histoire, l'UDC projette d'organiser le 30 septembre prochain une assemblée des délégués dans le canton du Jura. Il semble que cette intention déplaise à quelques milieux gauchises jurassiens qui tentent, à la manière stalinienne, d'empêcher cette manifestation UDC. La pression de ces activistes gauchistes est aujourd'hui telle que la commune concernée ne veut plus recevoir l'UDC. L'UDC invite la gauche jurassienne à respecter le droit de réunion et de libre expression des opinions.



Bien que le contrat ait été signé et alors que les derniers préparatifs sont presque achevés, la commune de Bassecourt a annoncé à l'UDC qu'elle ne pouvait pas accueillir son assemblée des délégués. De toute évidence, les activistes gauchises jurassiens ont réussi à empêcher le premier parti politique gouvernemental de Suisse de tenir une réunion dans ce canton.



Ce procédé est une violation flagrante des droits fondamentaux inscrits dans la Constitution fédérale. La liberté de réunion et la libre expression des opinions sont en effet des valeurs centrales d'un Etat de droit libéral. Ils sont à la base d'un débat politique vivant comme nous en avons l'habitude dans la démocratie suisse. Recourant à des méthodes typiquement staliniennes, certains milieux gauchistes jurassiens veulent empêcher le bon fonctionnement de la démocratie, ce qui est extrêmement grave dans un Etat de droit.



Le Comité central et le groupe parlementaire fédéral de l'UDC invitent ces milieux de gauche à renoncer à leurs actions et à chercher la discussion avec la commune de Bassecourt. Il n'est pas acceptable que des activistes gauchistes puissent empêcher la tenue d'une assemblée pacifique et démocratique. Enfin, l'UDC propose que des représentants de ces organisations de gauche rencontrent après l'assemblée la direction du parti pour lui présenter leurs revendications.



Berne, 9 septembre 2006



D'être traîté de stalinien ne peut-il pas être assimilé au fait d'être traîté d'hitlérien? N'ont ils pas voulu nous coller un procès quand qqn sur ce forum les a traité de "nazis"? Croient -ils que nous adorons Staline comme ils adorent tonton adolf? hahahahahah!!!!!
Mais bon, si s'opposer au racisme et au néolibéralisme nous transforme en dictateurs, je me demande où est la démocratie et la liberté d'expression tant louée par ces gros malades...

S'opposer à l'udc n'est pas un acte politique, ni de gauche ni de droite. c'est la dernière réaction possible si l'on tient un tant soit peu à cette "démocratie" helvétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: Extrême gauche à Bassecourt...   Lun 11 Sep à 14:34

Comme quoi, l'histoire nous réserve bien des surprises... une raison de plus de pas les voir traîner par ici...

trouvé sur :

http://cscps-10.blogspot.com/2006_03_01_cscps-10_archive.html

Les camps "spéciaux" de réfugiés

Lire l'article de l'historienne Alix Heininger dans Le Courrier.

En février 1944, non loin de Bassecourt, dans le Jura bernois se dressent les baraques d’un camp de réfugiés. Selon les autorités fédérales, il abrite une
population très spéciale composée de réfugiés politiques communistes ou d’extrême
gauche. En réalité, il s’agit d’Espagnols anciens combattants de la guerre civile, d’Allemands et d’Autrichiens membres du Parti communiste, et d’Italiens antifascistes. Pour les autorités, les activités politiques de ces hommes mettent en danger la sécurité de l’Etat, ce qui justifie une surveillance et un isolement stricts.
Tout au long de la guerre, le concept de camp spécial pour réfugiés politiques d’extrême gauche se met en place et se précise. Dans les premiers
temps de leurs séjour en Suisse, les futurs internés de Bassecourt vivent souvent dans la clandestinité. Après leur arrestation, ils sont jugés et incarcérés
pour infraction à la loi sur le séjour et l’établissement des étrangers. Mais contrairement au réfugié ordinaire qui ira rejoindre un camp, ceux-ci sont maintenus en établissementpénitentiaire au-delà de leur peine. Car les autorités estiment que les camps de travail n’offrent pas les garanties de sécurité suffisantes.
Un concept nouveau En 1941, un premier camp spécial pour interner cette catégorie sensible de réfugié est ouvert à Malvaglia dans le Tessin. En plus des futurs internés de Bassecourt, il abrite des réfugiés politiques de tendance
socialiste, trotskistes et des syndicalistes. Puis le camp est déplacé à Gordola.
Le transfert à Bassecourt donne lieu à une redéfinition de la population du camp spécial. D’après le socialiste et conseiller national Hans Oprecht, la situation des internés de Gordola est inquiétante. Depuis l’armistice italien, ceuxci sont privés de congé et confinés dans le camp, car Berne craint qu’ils aillent rejoindre la résistance italienne. Cette situation les plonge dans un état psychologique proche de la maladie des fils barbelés. Pour améliorer les conditions d’internement d’une partie des internés, Oprecht propose de séparer les «communistes fidèles à la ligne» des autres réfugiés. Il établira lui-même une liste pour définir les deux groupes.
Les premiers traverseront la Suisse pour rejoindre Bassecourt et les autres seront répartis dans des camps de travail ordinaire. Mal-être et contestation Juriste au Ministère public fédéral, Fritz Dick livrera vingtquatre ans après la fermeture
du camp ses stratégie de sélection pour l’internement dans le camp spécial. Le réfugié présentant des caractéristiques de dangerosités politiques (en clair: soupçonné d’activités communistes) est interné à Bassecourt. S’il s’intègre dans
la communauté du camp, la preuve est faite: il s’agit d’un dangereux communiste. Dans
le cas contraire, s’il multiplie les demandes de transfert et qu’il est isolé des autres internés, Dick envisage de le transférer dans un autre camp.Les réfugiés de Bassecourt vivent très mal cette situation d’internement spécial qu’ils perçoivent comme une discrimination politique. Lors de sa visite dans le camp en mai 1944, le délégué du CICR remarque que «les réfugiés de ce camp de travail se trouvent dans une situation différente de celle des réfugiés des autres camps de travail, ils paraissent en souffrir.» Sa qualité de médecin lui permet de déceler chez ces hommes un état d’équilibre nerveux et moral anormal. Selon lui, ils souffrent de «se sentir l’objet d’une surveillance spéciale de la part des autorités fédérales de justice».
Par ailleurs, il les présente comme des réfugiés travailleurs, de bonne volonté.
Les autorités fédérales ne sont pas du même avis. A la lecture du rapport du délégué,
elles somment le CICR de ne plus intervenir contre les mesures instituées par le Conseil fédéral pour sauvegarder la sécurité de l’Etat. Les réfugiés tentent également par diverses actions de faire connaître leur situation.
En juin 1944, Harry Gmür reçoit une lettre d’un réfugié de Bassecourt accompagnée d’un rapport intitulé La situation des internés politiques en Suisse. Le réfugié demande à Gmür de diffuser le plus largement possible ce rapport. Celui-ci contient l’essentiel des réclamations des réfugiés du camp. Ils se disent placés dans une
catégorie discriminatoire qui implique qu’ils n’ont pas accès aux formations professionnelles offertes aux autres réfugiés. Le camp de Bassecourt y est décrit comme un «camp d’opinion pénitentiaire». La santé des internés y est mauvaise, principalement à cause de la très longue période d’internement subie par certains.
La revendication principale des internés de Bassecourt est de pouvoir préparer l’avenir de leur pays. En conséquence, ils veulent se réunir en toute liberté pour organiser leur retour et mettre en place un projet politique. Gmür a très bien rempli
sa mission: les jours suivants, le public peut lire dans plusieurs journaux de gauche à travers toute la Suisse alémanique des articles inspirés du rapport ou en reproduisant de larges extraits. Guerre et démocratie Le camp de Bassecourt
confirme le caractère anticommuniste de la culture politique des autorités suisses. La surveillance et l’isolement rigoureux imposé à ces réfugiés ne sont qu’une des manifestations de cette tendance pendant la guerre. Les réseaux de soutien des
internés de Bassecourt, pour la plupart issus du Parti communiste suisse, sont également empêchés d’agir sur le plan politique pendant la guerre. Mais ils continuent à jouer leur rôle dans l’opposition, notamment par le soutien qu’ils accordent aux réfugiés politiques, comme Gmür l’a fait par les articles dans la presse. Bassecourt revêt un caractère particulier par sa fonction de camp spécial dans une démocratie en temps de guerre. Le traitement des internés montre que le fonctionnement normal des institutions judiciaires est suspendu au profit d’une mesure administrative, plus ou moins arbitraire. En effet, la décisions de placement
d’un réfugié dans ce camp spécial n’appartient pas à l’autorité judiciaire mais à un fonctionnaire du Ministère public. Ces éléments très concrets ouvrent une réflexion plus large sur ce qui est à l’époque envisagé comme une pratique spéciale en des temps particuliers et la persistance, bienaprès la guerre, de certaines pratiques administratives à l’égard des réfugiés toujours sous le prétexte d’une situation particulière ou pour une population spéciale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seb



Nombre de messages : 63
Age : 36
Localisation : Jura / Delémont
Date d'inscription : 18/08/2005

MessageSujet: Re: Pas de discussions! Pas d'UDC!   Mar 12 Sep à 0:00

Comme tu l'as entendu à la radio, je déplore la décision de la Commune de Bassecourt... D'autant plus qu'ils prennent une décision avec des motifs financiers et non politiques! Soit-dit en passant le Canton annonce 20'000.- de frais de sécurité, alors qu'à la Tchaux, ça avait couté 160'000.-, hum, hum!

Si l'UDC a le droit de se réunir, nous avons aussi le droit de manifester, c'est évident.

Nous voyons bien ici la volonté de l'UDC de diviser les Jurassiens. D'un côté les sales gauchistes à la tête du canton (PCSI + PS) et de l'autre, les gentils de droite... c'est pourquoi, il est utile de répéter que l'UDC est au-delà de la division des partis et que c'est 95% des Jurassiens qui n'élisent pas l'UDC !!! Nous formons un front jurassien commun.

_________________
"Politise tes idées, tu inquiéteras les politiciens."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lapaire.org
JUni

avatar

Nombre de messages : 128
Date d'inscription : 20/08/2005

MessageSujet: Re: Pas de discussions! Pas d'UDC!   Mar 12 Sep à 19:59

Je suis contre l'UDC mais pour son assemblée dans le Jura si elle le souhaite!
Ce n'est pas une contradiction contrairement à ce que certains semblent croire.
Concernant l'UDC faut rappeler deux trois trucs:
-1 er parti de Suisse (même si c'est un peu malheureux)
- très à droite mais le comparé au FN est démesuré à mon avis
- parti politique suisse, de ce fait a le droit de se réunir un peu près où elle veut.
Pour mémoire, le Jura fait parti de la Suisse.

Cependant, il est clair que le droit a la manifestation devrait être utilisé pour bien montrer notre désapprobation face à la politique prônée par l'UDC. Une manif:OUI mais sans atteinte aux matériels et aux personnes. Car ce sera de nouveau à l'état (le canton) de payer pour quelques imbéciles!

«Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire», écrivait Voltaire

Pris dans le QJ.

ça résume assez bien ma position!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guzi-guz.blogspot.ch/
Seb



Nombre de messages : 63
Age : 36
Localisation : Jura / Delémont
Date d'inscription : 18/08/2005

MessageSujet: Re: Pas de discussions! Pas d'UDC!   Mer 13 Sep à 21:37

Tiens, accessoirement, il est tout de même piquant de savoir que ce sont les PLR et l'UDC qui ont demandé qu'en cas de manifestations, la police soit présente en quantité... Et que c'est cette même quantité et les frais qui en découlent qui sont à l'origine de la décision désolante de Bassecourt!!!

Je rappelle toutes les dernières manifestations altermondialistes en ville de Delémont... Ou la double occupation de la place d'arme de Bure... Toujours très calme!

Les deux plus "hard", soit Saignelégier et le 24-Septembre n'ont provoqué aucuns dégats, si ce n'est à l'égo de certains politiciens. Faut qu'on se le dise...

_________________
"Politise tes idées, tu inquiéteras les politiciens."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lapaire.org
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: la donneuse de leçon sur la démocratie   Mer 13 Sep à 22:36

de tsr.ch :

Blocher et "Infrarouge": la presse condamne

Christoph Blocher, sur le plateau d'Infrarouge [SwissTXT]13.09.2006 09:14
La presse romande a largement commenté mercredi la tentative de Christoph Blocher de faire modifier l'enregistrement d'Infrarouge diffusé mardi soir sur la TSR. En cause: les caricatures de Mix & Remix.

Pour le journal 24 Heures, sous la plume de Thierry Meyer, «la tentative des services de Christoph Blocher, à l'initiative de son épouse Silvia, de faire interdire le diffusion du débat télévisé d'Infrarouge est inadmissible. Pour une raison majeure : elle viole un des principes les plus sacrés de la démocratie telle que nous l'entendons, la liberté d'expression». Ce qui inquiète dans cette affaire, poursuit l'éditorialiste, «c'est de voir une nouvelle fois le ministre de la Justice prendre ses aises avec des règles qu'il est pourtant lui-même chargé de faire respecter, ou, mieux, de défendre».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
groundz



Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 18/08/2005

MessageSujet: Re: Pas de discussions! Pas d'UDC!   Lun 18 Sep à 18:51

ne pas vouloir l'UDC à Bassecourt tout à fait d'accord
Mais ce qui me dérange c'est que dans le même temps, Christophe Darbellay, qui a toujours plus brillé par son ambition que par son courage politique et qui soutient les lois sur les étrangers (petit oui de faux cul) initiées par son camarade Blocher vienne faire une discours à la Fete du Peuple...
Il ya comme une erreur de casting
Peut être que certains au MAJ veulent flatter l'électorat PDC....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
taratata



Nombre de messages : 149
Date d'inscription : 22/08/2005

MessageSujet: meuh non...   Lun 18 Sep à 19:05

le peut-être me fait bien rire...
c'est sûr...

veut-il finir farao ou king ? mais au mois de novembre ça fera: pale

tous des jocolor de toute façon!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pas de discussions! Pas d'UDC!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pas de discussions! Pas d'UDC!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue sur le forum "Discussions sur le jardinage"!
» [Melitaea parthenoides & discussions pontes en général] Ponte de Mélitée des scabieuses
» Question Elaphe GuttaTa
» naturelhome???? késako?
» landes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Groupe Bélier :: Manifestations, actions et projets-
Sauter vers: